•  

    Une histoire qui vient du Sud

     

    Nous étions en vacances et visitions Collioure. Avoir une petite-fille handicapée dans son fauteuil roulant c'est apprendre à ignorer les regards de fausse compassion, d'interrogation intrusive, de sourire désolé et parfois de questions insolentes.

    En fait, lorsqu'on est confronté au handicap de l'enfant, on finit par ignorer le handicap et considérer l'enfant comme un être tout à fait normal.

    Et ma petite-fille est non seulement normale mais d'une intelligence vive et éduquée au point qu'elle est toute en retenue face au monde qui l'entoure et la regarde d'un drôle d'air.

     

    Et puis il y a parfois des miracles, des personnes qui estiment que le handicap fait partie intégrante de la vie.

    Nous passions devant la boutique de cette jeune femme et Lola a dit "oh c'est beau ici". Nos regards se sont croisés, pas d'insistance sur le fauteuil ni de regard déplacé mais un large sourire. Et là la vendeuse s'est levée, a dit à Lola "attends j'ai quelque chose pour toi" et elle est revenue avec un bracelet qu'elle lui a mis au poignet.

    Mais au delà de ce geste, elle lui parlait normalement comme à une enfant normale... Ce qu'est ma petite-fille... normale.  

     

     

    Une histoire qui vient du Sud


    3 commentaires
  •  

    Un classique... Le coucher de soleil

     

     

    Qui, en vacances, ou même chez soi, n'a pas succombé à un coucher de soleil ?

    Assise sur le sable, mes pensées s'évadent, je fais le vide de tout ce qui peut être négatif et toxique, et j'admire ce soleil qui descend lentement dans la mer qui finit par l'engloutir mais autorise ces couleurs flamboyantes et changeantes. 

    Un coucher de soleil se mérite, il faut être là au bon moment mais la patience est tellement récompensée.  

     

     

     

    Une série de couchers de soleil au gré de nos voyages...  

    IMG_6323  

    IMG_9973IMG_4066  

    IMG_8624  

    IMG_0094  

    IMG_4113  

    IMG_2417  

    P1040762

     

     


    1 commentaire
  •  

    Comme un parfum de labeur

     

     

    La saison touristique venue, il y a ceux qui profitent de leurs vacances et les autres.

    Ce sont ceux qui font tourner la saison afin d'apporter joie et plaisirs aux vacanciers.

    Pendant que nous nous régalons au restaurant, eux ramassent les fruits de mer.

    Pendant que nous nous prélassons au soleil, les doigts de pied en éventail sur un sable chaud, eux nettoient les plages.

     

    Ils ne sont pas forcément aimables, il y a tant d'incivilité ! Mais il suffit parfois d'un sourire, comme pour dire merci, et leur regard devient reconnaissant et ils savent qu'ils ne travaillent pas pour rien.

    C'est ce qui m'est arrivé lors d'une de mes balades à vélo.

    Comme un parfum de labeur mais aussi de communication entre deux êtres que tout semblait opposer : la touriste avec son appareil photo et le travailleur pour que la touriste puisse prendre de jolis clichés.  

     

    Comme un parfum de labeur


    6 commentaires
  •  

    Prendre un enfant par la main

     

     

    Bien sûr il y a la très jolie chanson d'Yves Duteil 

     

     

    Mais prendre un petit-enfant sur son cœur, tout en douceur, en pudeur, sans avoir besoin de paroles, c'est un sentiment tellement merveilleux.

    C'est ainsi qu'à la Rochelle, lorsque j'ai tourné la tête vers mon homme et ma petite-fille, j'ai vu un tableau émouvant et si tendre du grand-père et l'enfant. Les questions qu'elle lui posait, les réponses apportées sans aucun agacement, ajoutaient des étoiles à cette jolie ville.

    On devrait toujours protéger l'enfance, c'est la garantie d'un adulte équilibré.

     

    Prendre un enfant par la main

     

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

     

    Et à part la mer, il y a quoi ?

     

     

    Partir en camping-car nous a permis de sortir des sentier battus et rabattus depuis tant d'années et connaître d'autres horizons que la mer.

     

    C'est ainsi que nous avons découvert les lacs et rivières et j'avoue humblement que la mer n'a qu'à bien se tenir face à tant de beauté, de paysages à couper le souffle.

    Se baigner dans une rivière fraiche quand les températures dépassent les 30 degrés est une pure joie.

    Faire de la randonnée et tomber sur ce genre de maison que représente ma photo du jour est un pur délice.

    Même ces routes entrelacées et ces voûtes où instinctivement je baissais la tête sont une vraie magie, un cadeau de la nature.

    Et je n'avais de cesse de murmurer : mais que la France est belle !

     

    Et à part la mer, il y a quoi ?

     

     

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique